Art-Dent_RVB_NEG.png
damon-braces_modifié_modifié.jpg

Appareillage Fixe multiattache bimaxillaire

A QUEL AGE FAUT-IL CONSULTER UN ORTHODONTISTE?

Le premier rendez-vous peut déjà être donné vers 4-5 ans si le dentiste ou un logopède vous l'a suggéré ou si vous en voyez la nécessité.

Vers 6 ANS dans les autres cas.

ORTHODONTIE ET ORTHOPÉDIE DENTO-FACIALE?

L'ORTHODONTIE est une spécialité de la dentisterie qui a pour but d'ALIGNER LES DENTS à travers l'os et la gencive qui les soutiennent. Cette discipline peut donc se faire à tout âge pourvu que les dents, l'état de la gencive et de l'os le permettent.

L'ORTHOPEDIE DENTO-FACIALE, par contre, nécessite un POTENTIEL DE CROISSANCE puisqu'elle consiste au déplacement et à la croissance des bases osseuses maxillaire et/ou mandibulaire. Elle ne peut donc s'effectuer que chez des patients en croissance, enfants et ou adolescents.

TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION ET TRAITEMENT CLASSIQUE?

Les TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION ou TPI sont des traitements particuliers, rapides, qui permettent, en quelques mois, de corriger certaines malocclusions dentaires chez les JEUNES ENFANTS.

Les TRAITEMENTS CLASSIQUES, quant à eux, peuvent s'entreprendre à tout âge et pendant aussi longtemps que nécessaire. Cependant, pour pouvoir bénéficier des remboursements qui leur correspondent, votre orthodontiste doit pouvoir introduire une demande auprès du médecin conseil de votre mutuelle. Cet accord doit impérativement être donné avant le 15° ANNIVERSAIRE du patient. Toutefois, afin d'obtenir la meilleure réponse possible, le moment le plus opportun pour corriger les malocclusions dentaires se situe au pic de croissance prépubertaire (vers 12 ans).

Les traitements classiques peuvent également se faire chez des adultes mais alors sans remboursements de la mutuelle et sans potentiel de croissance. Les structures osseuses, si elles doivent l'être, seront alors corrigées par une chirurgie maxillo-faciale pendant le traitement orthodontique.

PHASE ACTIVE ET CONTENTION?

Presque tous les traitements orthodontiques ont les mêmes objectifs:

1. ALIGNER les dents sur les arcades.

2. Mettre en correspondance les arcades dentaires. C'est à dire les COORDONNER l'une par rapport à l'autre et les placer en face l'une de l'autre.

3. EMBOÎTER les dents et répartir les contacts entre les arcades dentaires supérieure et inférieure de façon à assurer la stabilité du traitement à long terme, une fois l'appareil enlevé.

Ces 3 étapes constituent la PHASE ACTIVE d'un traitement pouvant combiner orthodontie et orthopédie dento-faciale et se font lors des contrôles d'activation de l'appareil.

Il est ensuite primordial d'assurer la STABILITÉ du traitement. Cette vérification se fait alors pendant les mois, voire années, qui suivent l'enlèvement de l'appareil lors des contrôles de contention.

ET LES ÉLASTIQUES?

Le port des élastiques constitue une PRESCRIPTION MÉDICALE !

Il ne viendrait jamais à l'esprit de personne de prendre un médicament de façon fantaisiste. Il doit en être de même pour les élastiques.

En fonction du patient, de sa situation de départ, de son âge et des objectifs souhaités, le recours aux élastiques pendant un traitement par appareillage fixe mutliattaches (plaquettes) sera quasiment systématique à un moment ou un autre.

Ces élastiques intermaxillaires peuvent servir à stimuler la croissance d'une ou des mâchoires, les mettre en face l'une de l'autre, déplacer des dents et/ou les emboîter. Leur orientation, leur position, leur force et leur fréquence sont donc très variables. Mais de l'assiduité et de la rigueur du patient va dépendre la réussite du traitement.

En effet, si on prend l'exemple d'un patient adolescent chez qui l'orthodontiste souhaite stimuler la croissance de la mandibule (mâchoire inférieure), le port d'élastiques intermaxillaires sera indispensable mais ceux-ci ne pourront être efficaces que pendant le pic de croissance prépubertaire. Le patient n'aura donc que quelques mois pour porter correctement ses élastiques. Une fois ce délais passé et le pic de croissance franchi, si la correction souhaitée n'a pas été apportée, le recours à une INTERVENTION CHIRURGICALE pourrait être envisagée.

Il est donc de la responsabilité de chaque patient de respecter scrupuleusement les consignes de l'orthodontiste.